background
  • Métiers de la santé
  • A à D
  • Aide-médico-psychologique

Fiche métier "Aide-médico-psychologique"

Social / éducatif

Quelles sont les principales activités ?

L’aide médico-psychologique (AMP) accompagne des personnes handicapées ou dépendantes au quotidien : il a un rôle d’éveil, d’encouragement et de soutien de la communication et de l’expression verbale ou non. L’AMP (Aide médico-psychologique) peut ainsi aider une personne tétraplégique à faire sa toilette, stimuler la mémoire d’une personne âgée ou encourager un enfant handicapé à s’exprimer…
À travers l’aide concrète qu’il apporte, l’AMP doit établir une relation de qualité pour répondre à l’isolement des personnes et essayer d’appréhender leurs besoins et leurs désirs afin de leur apporter une réponse adaptée. Ce professionnel intervient au sein d’une équipe dans les établissements où des personnes ont besoin d’une présence et d’un accompagnement du fait de leur handicap ou de leur dépendance : hôpitaux, maisons d’accueil spécialisées, maisons de retraite…

Pour quelle rémunération ?

Le salaire mensuel brut d’un aide-médico psychologique est de 1 643 € en début de carrière et de 2 200 € en fin de carrière.

Quelles sont les compétences et qualités nécessaires ?

L’AMP doit savoir établir des relations avec ses patients. Ce professionnel doit présenter un intérêt pour les autres et aimer le travail en équipe. Se montrer à l’écoute de leurs besoins est donc essentiel. Enfin, il est important que ce professionnel possède un bon équilibre psychologique.

Quelle est la formation à suivre ?

Le diplôme d’Etat d’aide médico-psychologique (DEAMP), accessible sans le baccalauréat, est délivré à l’issue d’une formation d’une durée de 12 à 24 mois, alternant formation théorique et stage. Chaque établissement de formation organise des épreuves d’admission. Le diplôme est également accessible par la validation des acquis de l’expérience (VAE).

Parole de pro Chloé, Aide-médico-psychologique

Le matin, les personnes âgées arrivent quand elles le souhaitent. Je les accueille par un café, ou par un petit-déjeuner pour ceux qui ont oublié de le prendre. C’est le premier moment d’échange de la journée. Vers 10 h 00, je commence la lecture du journal. Chaque article est alors l’occasion de commenter l’actualité, d’éveiller un écho dans l’histoire de chacun. Le choix des rubriques se fait selon les préférences du groupe : la lecture des naissances nous fait échanger autour des prénoms ; celle du programme télé nous permet d’engager des discussions sur le cinéma, la culture… C’est à moi d’animer la conversation et de les aider à rebondir sur les sujets. Nous préparons le repas avec ceux qui souhaitent m’aider, puis nous déjeunons et j’assiste ceux qui en ont besoin. Ensuite, après les informations à la télé, certains font une sieste puis nous reprenons une activité : chant, sortie dans le jardin, mots fléchés… Je privilégie les jeux de mémoire et tout ce qui peut servir de support à la parole. Toutes ces activités sont proposées au groupe, mais ceux qui le veulent peuvent lire le journal ou jouer aux cartes. Nous accueillons 8 à 10 personnes par jour : la plupart sont atteintes de maladie d’Alzheimer ou de Parkinson. Cela implique pour moi une grande vigilance et aussi une grande patience.

Métiers par ordre alphabétique