Charbon

6 mars 2009
rss_off
Imprimer Grossir la taille des caractères taille de caractères normals
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace
fermer

Depuis cette page, vous accédez à des informations concernant le bacille du charbon s’il est utilisé à des fins d’arme biologique.

Le charbon (ou Anthrax dans les pays anglo-saxons) est une maladie provoquée par une bactérie nommée Bacillus anthracis. Cette bactérie forme des spores et ce sont ces spores bactériennes qui pourraient être utilisées en tant qu’arme biologique, d’autant plus facilement qu’elles sont très résistantes dans le milieu extérieur. Diffusées par aérosol et inhalées, les spores sont à l’origine d’une forme de charbon appelée charbon pulmonaire. Cette forme n’est pas contagieuse d’homme à homme, mais sa mortalité est très importante si elle n’est pas traitée à temps.

Agent pathogène
B. anthracis est un bacille Gram positif sporulant et non mobile, producteur de trois toxines.

Description de la maladie
Le charbon pulmonaire est une forme grave qui évolue rapidement. Après inhalation, les symptômes apparaissent dans un délai de 24 heures à 8 semaines (voire jusqu’à 60 jours). Le diagnostic est difficile au début de la maladie car les signes cliniques ne sont pas spécifiques : la maladie se révèle par une fièvre, une toux, une difficulté respiratoire (dyspnée). Après 1 à 3 jours d’évolution, survient une phase aiguë, avec accentuation de la fièvre, dyspnée, hypotension ; le décès survient en 24 heures. La mortalité liée au charbon pulmonaire, s’il n’est pas traité précocement, est très importante (de 80 à 100 %). Le traitement est d’autant plus efficace qu’il est prescrit avant l’apparition des signes cliniques.

Lésion de charbon cutané : début - Source : CDC Atlanta

Lésion de charbon cutané : début
Source : CDC Atlanta

Lésion de charbon cutané : évolution - Source : CDC Atlanta

Lésion de charbon cutané : évolution
Source : CDC Atlanta

Examens complémentaires
L’isolement du Bacillus anthracis s’effectue dans des prélèvements de gorge, pulmonaires ou sanguins. B. anthracis est un bacille Gram positif sporulant et non mobile.
La radiographie pulmonaire est évocatrice avec l’apparition rapide d’un élargissement du médiastin traduisant une médiastinite.

Modes de contamination
La contamination par inhalation paraît la plus probable en cas de menace terroriste, les spores étant dispersées par un aérosol. L’aérosol est invisible, incolore, inodore. Les spores peuvent survivre plusieurs années sur terrain sec. Elles peuvent être détruites par une ébullition d’environ 10 minutes ou par un traitement chimique, à base de formol dilué par exemple.
Lors de la production d’un aérosol par attaque bioterroriste la période dangereuse est celle pendant laquelle l’aérosol est en suspension. Après 24 heures on considère que l’aérosol est complètement dispersé.
La contagion interhumaine du charbon pulmonaire n’a jamais été constatée.

Mesures de santé publique

  • Diagnostic précoce.
  • Déclaration précoce aux autorités sanitaires.
  • Enquête épidémiologique pour identifier la source de contamination (InVS ; CIRE) et la population exposée.
  • Il est impératif d’effectuer une décontamination des personnes car après aérosolisation, les spores de Bacillus anthracis sont retrouvées non seulement sur les vêtements, mais aussi dans les narines, sur la peau, les cheveux…
  • Des mesures précises et répétées de désinfection des lieux sont à prendre (les spores persistant très longtemps dans l’environnement).
  • Prophylaxie post-exposition.

Prise en charge des personnes exposées
Le traitement repose sur une antibiothérapie prolongée.

Pour en savoir plus :
Guide Peste - Charbon - Tularémie "PCT" (PDF - 791.6 ko)

La conduite à tenir en situation d’urgence avant identification de l’agent pathogène responsable du charbon est détaillée sur le site Internet de l’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé)

Des informations épidémiologiques sur le charbon sont disponibles sur le site de l’Institut national de veille sanitaire (InVS)

Source :

Direction générale de la santé, Institut de veille sanitaire
Rédaction : 17 Octobre 2001
Actualisation : Octobre 2010

<p>Madame Marisol Touraine</p>

Marisol Touraine - Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Mots-clés

Service Public Legifrance Gouvernement IGAS

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.